Lutte contre le sida pour la réalisation du dividende démographique

29 Septembre 2017 - Le Dr Safiatou Thiam, Secrétaire Exécutive du Conseil National de Lutte Contre le sida (CNLS)  était ce 29 Septembre 2017, l’invitée de la deuxième session ordinaire du Conseil Economique  Social et Environnemental (CESE).

 

 

La commission Santé du CESE a choisi comme thème, « Quelles politiques publiques en matière de santé de la reproduction, de la planification familiale et de la prise en charge des IST/VIH/sida pour la réalisation du dividende démographe.

Le Dr Sadia Faty, qui a présidé cette activité a expliqué toute l’importance des sessions du Conseil Economique et Social.  L’objectif de cette session est de proposer de nouvelles orientations pour la consolidation des politiques publiques en matière de santé maternelle et de lutte contre les IST/VIH/SIDA au Sénégal pour une meilleure maitrise du dividende démographique.

Faire le point sur la situation du VIH au Sénégal et partager avec les conseillers doit leur permettre, de s’approprier les informations dans l’optique d’élaborer des recommandions à l’endroit des pouvoirs publics.

Il est  évident que la réalisation du dividende démographique passe nécessairement par une bonne santé de la population en général. Relever les défis dans la lutte contre le sida est dès lors important.

C’est pourquoi, le Dr Safiatou, dans sa présentation a rappelé aux conseillers, la situation épidémiologique du VIH, l’organisation de la réponse avec son cadre institutionnel, le cadre de financement, mais aussi, les cibles prioritaires du programme.

La Secrétaire Exécutive du CNLS fait avec  les conseillers, le point sur les stratégies prioritaires et les résultats obtenus par le Sénégal depuis la mise en place du programme de lutte contre le sida.

Ces résultats, même s’ils sont encourageants, sont menacés par le double défi :

-         Accélérer les traitements pour réduire la transmission en offrant des soins et des traitements à un nombre important de personnes vivant avec le VIH

-         Accomplir davantage avec moins de ressources. Pour cela, il faut une mobilisation de ressources supplémentaires, une gestion efficace avec une répartition plus optimale des ressources financières.

Et Dr Safiatou Thiam de lancer un cri de cœur. « La forte dépendance de la riposte au VIH du Sénégal envers les financements internationaux et les incertitudes entourant leur disponibilité induisent le risque de perdre les acquis d’une riposte aujourd’hui efficace contre le sida  ».

Le plaidoyer,  c’est de continuer à soutenir la riposte au sida au Sénégal pour les coûts d’opportunité liés au non-maintien des acquis qui aurait un impact négatif les performances du Sénégal et de la Région Afrique.

Dans les discussions, les différents conseillers ont félicité le CNLS pour les résultats obtenus et les innovations apportées dans la lutte contre le sida.

Ils  ont par ailleurs surtout insisté sur : la communication pour la prévention du VIH, le caractère chronique de la maladie, mais surtout,  il faudrait aussi accroire la communication sur le dépistage et le traitement.

Il ne faudrait pas aux yeux des membres de la commission Santé du Conseil Economique et social, se lasser de rappeler les modes de transmission et les moyens de prévention. La répétition étant pédagogique.

Dans cette sensibilisation continue, prendre en compte tous les groupes vulnérables dont les sourds muets pour qui il faut introduire des outils de communication leur permettant de mieux se protéger.

La Secrétaire Exécutive du CNLS a répondu aux différentes interpellations des conseillers qui ont pris l’engagement de faire le plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour la mobilisation des ressources.

Nos partenaires