« Viheillir avec le VIH » : Le projet tire son bilan

Le projet « Viheillir avec le VIH » a tiré le bilan de ses activités depuis son lancement en en 2021.Cette initiative visait à intégrer la prise en charge des comorbidités et du vieillissement entre la clinique et la communauté.

Une rencontre a permis à divers acteurs de la riposte contre le VIH de d’analyser et de discuter des actions entreprises.

Le vieillissement est en effet une étape de la vie qui concerne de plus en plus les personnes vivant avec le VIH du fait entre autres de l’efficacité des traitements contre le VIH. Cette période s’accompagne d’apparitions de maladies chroniques comme l’hypertension ou le diabète ainsi que d’autres complications de nature à fragiliser la vie des concernés.

Il s’est agi tout d’abord de mettre en place des stratégies comme l’élaboration de protocoles simplifiés pour dépister et prendre en charge les affections ciblées : hypertension artérielle, diabète, hépatites, ou les lésions précancéreuses du col de l’utérus. Ensuite, il a fallu renforcer les capacités de professionnels de santé et d’acteurs communautaires sans compter la mise en œuvre d’activités communautaires de prévention, de dépistage ou de promotion de la santé.

L’apport des communautaires à ce projet a permis de dérouler des activités tournant autour du monitoring des paramètres, de groupes de parole sur la nutrition, de la santé sexuelle des personnes âgées, d’activités sportives ou de thérapies rythmiques.

On retiendra entre autres que ce projet a permis quelques avancées : Au niveau des politiques nationales d’intégrer des besoins spécifiques des personnes âgées dans le plan stratégique national pour une riposte multisectorielle intégrée contre le VIH, la tuberculose et l’hépatite virale au Sénégal 2023-2030.

Le projet « Viheillir avec le VIH » a aussi été une occasion de noter la forte capacité de mobilisation des associations pour contribuer à la prévention et au dépistage des maladies chroniques. Au niveau clinique on a pu remarquer une intégration systématique du dépistage et de la prise en charge des comorbidités dans les services cliniques non spécialisés.

Pendant trois ans le projet s’est déroulé sur trois sites d’intervention : le Centre de traitement ambulatoire (CTA) du CHNU de Fann,le Centre de recherches et de formation à la prise en charge de Fann(Crcf) et l’Hôpital Militaire de Ouakam (HMO).

Une prochaine étape consiste à mettre en œuvre le projet dans des centres de santé à un niveau décentralisé notamment dans la région de Kaolack.