Tournée nationale de présentation du plan stratégique 2018 _ 2022 St Louis, Louga

Tournée nationale de présentation du plan stratégique 2018 _ 2022

St Louis, Louga

le SOLEIL Online

Vih/Sida : Une certaine vulnérabilité notée à Saint-Louis

24 Mar 2018 Actualités

 

187 times

 

Le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) a tenu une rencontre à Saint-Louis pour partager son plan stratégique 2018-2022. Tout en saluant la tendance baissière du taux de prévalence du Vih/Sida, Safiétou Thiam, directrice exécutrice du Cnls, a soutenu qu’il existait une certaine vulnérabilité dans la région nord.

Au cours d’une rencontre, la première d’une tournée qui permettra au Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls) de présenter son plan stratégique 2018-2022 d’un coût de 62 milliards de FCfa, Safiétou Thiam, directrice exécutive du Cnls, a rappelé qu’à Saint-Louis une certaine vulnérabilité est notée. Cet état de fait est dû, selon elle, « à la pauvreté avoisinant un taux de 50 % et à la mobilité des populations, car Saint-Louis est une ville frontière ». Mais, a soutenu la responsable du Cnls, l’an dernier, la question centrale a concerné la rupture des intrants et autres réactifs pour le dépistage, ainsi que le manque de formation des agents qui ne maîtrisaient pas les nouveaux protocoles. Maintenant, « toutes ces questions ont étés résolues, car la Pharmacie régionale d’approvisionnement a fait part de la disponibilité des intrants », a-t-elle souligné. Ces rencontres s’inscrivent également dans la dynamique enclenchée par le Cnls pour accélérer la lutte et, à l’horizon 2030, faire reculer considérablement le Vih/Sida dont le taux national de prévalence tourne autour de 0,5 %.

Mme Thiam a également souligné la nécessité de mettre en place des systèmes de rattrapage parce que Saint-Louis est à 0,9 % de taux de prévalence pour la dernière enquête de 2011 ». Ce qui devrait permettre de réussir les objectifs intermédiaires, pas encore atteints, et, au finish, réussir une lutte coordonnée sur l’échelle nationale.

Lors de ce déplacement, elle a rencontré les jeunes, les acteurs du secteur de la santé, de même que des Personnes vivant avec le Vih. Ces dernières ont demandé plus d’appui afin de se lancer dans des activités génératrices de revenus. Une requête que la directrice exécutive du Cnls va porter vers les plus hautes autorités du pays.

Amadou Maguette NDAW

 

 

 

Vih/Sida : Les enfants de plus en plus infectés

Publié le 24 mars 2018

iGFM – (Louga) – Les enfants constituent 22% des nouvelles infections du Vih/Sida. La révélation est du Docteur Safiatou Thiam, la  directrice exécutive du comité national de lutte contre le sida (CNLS). Dans la capitale du Ndiambour où a séjourné le Cnls pour la deuxième étape de sa tournée nationale de partage de son plan stratégique national de lutte contre le Sida 2018-2022, Dr Safiatou Thiam a fait savoir que le grand problème rencontré dans ce combat reste le diagnostic et la mise sous traitements antirétroviraux des enfants atteints du Vih.

« Le grand problème ce n’est pas la transmission mère-enfant, mais le diagnostic des enfants et leur mise sous traitement. Ces enfants sont gardés par des mères porteuses du virus, par conséquent elles doivent les amener pour que les médecins puissent les suivre. L’accès de ces enfants aux traitements antirétroviraux est un problème d’équité », a déclaré la directrice exécutive du comité national de lutte contre le Sida.

Interpellé sur le retrait de certains partenaires dans la lutte contre le Sida au Sénégal, Dr Safiatou Thiam dira tout simplement que notre pays a fait des avancées remarquables et qu’il était normal que les ressources soient orientées vers des pays à forte charge de morbidités.

Le nouveau plan stratégique de lutte contre le Sida, présenté aux acteurs de la lutte dans la région de Louga, vise la réduction des nouvelles infections parmi les adultes et les adolescents, l’élimination de la transmission du Vih de la mère à l’enfant, la réduction de la mortalité liée au Vih, le soutien pour l’amélioration des conditions de vie des personnes vivants avec le virus du Sida, la lutte contre toutes les formes de discrimination et la promotion des droits humains ainsi que le renforcement de la gouvernance pour une riposte durable et efficiente.

Khalil Ibrahima SENE

 

 

 

gscom.sn

 

Tournée du Conseil National de Lutte contre le Sida à Saint-Louis ,Louga et Thiés

21 mars 2018

Société

Comments

                   Email

Le Conseil National de Lutte contre le Sida, sous la conduite de la Secrétaire Exécutive prévoit de faire une tournée nationale d’informations et de partage du plan stratégique 2018-2022.

Cette tournée est prévue du 20 au 28 Mars 2018 et va se dérouler dans les régions de Saint-Louis, Louga et Thiès. Elle constitue l’occasion de réunir les différents acteurs du niveau décentralisé et les unités opérationnelles dans le but de cerner les principaux axes du PSN 2018-2022 mais aussi de la phase 2 du nouveau modèle de financement du Fonds Mondial(NFM2) entrés en vigueur en début d’année.

 

 

 

VIH/SIDA : LE DIAGNOSTIC ET LE TRAITEMENT DES ENFANTS, UN GRAND PROBLÈME RENCONTRÉ DANS LA LUTTE, (DR SAFIATOU THIAM)

23 mars 2018 à 21h25min  293  48% Tags:

Louga, 23 mars (APS) – La directrice exécutive du comité national de lutte contre le sida (CNLS), Dr Safiatou Thiam a affirmé, vendredi, que le grand problème rencontré dans ce combat reste le diagnostic et la mise sous traitements antirétroviraux des enfants atteints du Vih.

 

« Le grand problème ce n’est pas la transmission mère-enfant mais le diagnostic des enfants et leur mise sous traitement », a dit Dr Thiam, à Louga, dans le cadre de la deuxième étape de sa tournée de partage de la nouvelle stratégie de lutte contre le sida et des outils de mise en œuvre comme le plan de rattrapage des résultats.

« Les enfants constituent 22 pour cent des nouvelles infections et les mères doivent les amener pour que les médecins puissent les suivre », a dit la secrétaire exécutive du CNLS, estimant que « l’accès de ces enfants aux traitements antirétroviraux est un problème d’équité ».

Parlant de la rareté des ressources en provenance des bailleurs étrangers, elle explique que « notre pays a obtenu de bons résultats et les fonds sont orientés vers les pays à forte charge de morbidité ».

Elle a aussi indiqué que « le Sénégal est classé dans les pays à revenus intermédiaires et n’est plus un pays à revenus faibles ». Aussi, exhorte-t-elle, à une optimisation des ressources disponibles par une orientation vers les secteurs prioritaires.

Dr Thiam a salué les résultats de la région de Louga créditée d’un taux de 0,1 pour cent contre 0,7 au plan national, estimant que « ces résultats datent de 2011 et doivent être relativisés en attendant des données plus récentes ».

 

AMD/MD